Balut : spécialité asiatique cauchemardesque (oeuf de canne fécondé)

Quand j’ai commencé à entendre parler du balut lors de mon séjour aux Philippines, je n’y croyais pas trop (comment peut-on manger un oeuf fécondé avec un foetus dedans!!!) , alors je suis allé voir les photos sur internet, qui m’ont donné la nausée. Je me suis dit : « jamais je ne mangerai ce truc ». Là, c’est trop pour moi.

Je suis pourtant assez aventureux en cuisine, et j’adore vraiment goûter le plus possible les spécialités locales (un de mes grands plaisirs en voyage). Mais deux mets ont résisté à mon entrain pour l’aventure culinaire : d’énormes tarantules grillées sur un marché au Cambodge, et le balut, oeuf de canne fécondé et couvé pendant 18 à 21 jours

Le balut a résisté….jusqu’à cette soirée de juillet dans les rues de Manille…

Qu’est ce que le balut?

Le balut est un oeuf qui renferme un petit foetus de canard bien formé, avec une tête, un bec, des pattes et même quelques plumes duveteuses… Le tout est parcouru de veines foncées et trempe dans l’albumen (le blanc).

Les deux types de balut :

Il y a le balut higop (comme on dit en tagalog), couvé 18 ou 19 jours, puis bouilli 15 minutes. Il contient du jus.

A la différence du balut tuyo, sec, car couvé 20 ou 21 jours, plus proche de l’éclosion (normalement, l’éclosion a lieu au bout de 28 jours).

Voilà voilà…maintenant, passons à la dégustation.

Pourquoi j’ai finalement mangé un balut

Les Philippins ont l’habitude de manger le balut dans la rue, préparé par des marchands ambulants.

De préférence :

  • le soir (l’obscurité atténuerait-elle un peu la vision d’horreur..?)
  • et en étant complètement beurré (l’alcool atténue pour sûr le cauchemar).

La dernière partie alcoolisée, c’est moi qui l’ai inventée, les Philippins adorent le balut, dans leur grande majorité. L’oeuf de canne fécondé est ancré dans leur culture, un peu comme le foie gras l’est dans celle des Français.

J’étais donc avec ce type d’ami(e)s, une bonne dizaine, à la sortie d’un bar, après un match de coupe du monde 2014. Belle soirée, vraiment. Les soirées à Manille sont vraiment conviviales et amicales. Simples, avec un bon état d’esprit, mais je m’égare… Revenons à la réalité crue du cauchemar aviaire.

C’est tout naturellement que l’idée de manger le balut a surgi parmi mes amis Philippins. Ils sont sympas les Philippins (je l’ai déjà dit, je crois). Et là j’ai commencé à blanchir… Il n’y avait pas le moindre autre occidental dans le groupe pour défendre mon point de vue. Et il ne s’agit pas de faire le « chicken » (poule mouillé) devant la gente féminine présente…

expérience culinaire balutHeureusement, j’avais bu. Beaucoup. Donc je fais comme on m’explique : je casse une petite partie de la coquille, pour aspirer le jus. Pouah… (regarder la photo ci-contre vaut mieux qu’un long descriptif)

Puis j’écaille le reste de l’oeuf (peut-on encore appeler ça un oeuf..?) pour découvrir et engloutir la partie charnue de calimero qui croque un peu sous la dent.

Hey ! me dit-on : « Normalement on met du vinaigre et du sel dessus ».

Ah… ça doit aider à faire passer… He ben trop tard… Ils sont sympas les Philippins. Et conviviaux. Ils rient beaucoup. Ce soir ça va, ils ont bien ri.

Moi ça va, j’étais content finalement d’avoir essayé. Mais c’était la dernière fois, pour sûr.

Pourquoi je ne recommencerai pas

Parce que c’est dégueulasse..!

En fait, objectivement, pas tant que ça… Le tout a un peu un goût de jaune d’oeuf, avec des parties croquantes. Le jus, par contre, n’est vraiment pas bon. Enfin, pas à mon goût.

C’est surtout la vision du foetus qui est horrible…Il vaut mieux fermer les yeux en ouvrant la bouche.

Une autre raison est l’énorme taux de cholestérol : c’est un pur concentré. Un seul balut contient 359 mg de cholestérol, alors que la dose maximale quotidienne recommandée est de 300mg… Les Philippins me disent que si on en mange plusieurs, on a la tête qui tourne…

Le balut, aphrodisiaque…vraiment?

Le balut est réputé pour être puissamment aphrodisiaque. C’est certainement une des raisons pour lesquels les Philippins en raffolent…

Qu’en fut-il pour moi?

L’une des caractéristiques des Philippines, c’est que l’on y croise facilement des très jolies filles. Quand je dis croiser, c’est croiser et sympathiser, et plus.

Je suis ici sérieux 2 minutes pour couper court aux clichés habituels sur les Philippines : ce ne sont pas des ladyboys (travestis), ni des prostituées (bar girls).

ballutDonc voilà, j’étais avec une très jolie demoiselle.

Mais :

  • la voir engloutir un balut,
  • et finir par un énorme rot dont les Philippins agrémentent très souvent leur fin de repas sans la moindre gêne,
  • et avec ma persistance rétinienne de l’embryon vascularisé comme un alien,
  • et la persistance gustative du jus de foetus dans ma bouche…

C’était pour moi une expérience tout sauf aphrodisiaque !

Avez-vous déjà goûté le balut (c’est le nom aux Philippines) ou un oeuf fécondé (je sais que ça existe aussi dans d’autres pays)?

ps : pour la photo de couverture (sans les textes que j’ai rajoutés) : image courtesy of luigi diamanti / FreeDigitalPhotos.net. Et l’oeuf avec le sparadrap : digitalart / FreeDigitalPhotos.net

Commentaires

PAS DE COMMENTAIRES

Laisser un commentaire

CommentLuv badge