Autant Wae Rebo s’est transformé selon moi en un éco-attrape-touristes à la limite du scandaleux vu le prix, autant le village Ngada de Bena près de Bajawa est une visite intrigante et plaisante (surtout grâce à la noix d’arec ;-)) si vous parcourez l’île de Florès en Indonésie. Le mode de vie, les traditions, les habitations de ces villages reculés sont toujours ancestraux et vous immergent dans un monde mystérieux.

L’éthnie Ngada

Les Ngadas sont environ 60 000 à vivre près de Bajawa au coeur de la jungle de Florès, en Indonésie. Leurs traditions restent bien ancrées et ils les protègent farouchement : il est par exemple impossible pour un membre de la tribu de se marier avec un étranger sous peine de mort.

Une particularité de leurs habitations est qu’elles sont recouvertes d’un toit de chaume orné de figurines symboliques :

  • le ngadhu, celle des hommes, est surmontée d’une figure guerrière, symbole de férocité et de virilité.
  • le bhaga, celle des femmes, est surmontée d’une maison traditionnelle en miniature (la maison à droite sur cette photo), symbole de fertilité.

benaLes Ngadas sont de tradition matriarcale : la mère est cheffe de famille et les terres et propriétés sont héritées de mère en fille. C’est l’homme qui déménage dans le village de la femme après le mariage.

ethnie ngadaLa religion principale des Ngadas est le catholicisme mais ils pratiquent encore des rites animistes comme les sacrifices d’animaux (buffles, cochons), notamment pour se connecter au monde surnaturel et « communiquer » avec les ancêtres. On peut d’ailleurs voir disséminées dans tout le village plusieurs tables de sacrifice qu’on pourrait qualifier de mégalithiques. Des cérémonies sacrificielles ont lieu lors des événements importants dans une famille : naissance, mariage, décès, ou lors de rituels de fertilisation de la terre. Les habitants accrochent ensuite les crânes et cornes de buffles sacrifiés sur les devantures des habitations…

Tout dans ce village participe d’une ambiance un peu mystique et mystérieuse : les pierres, les maisons, et … les habitants avec leur noix de bétel.

Une petite noix d’arec? (ou noix de bétel)

Ce qui m’avait intrigué dans ce village, c’est cette habitude des habitants de mâcher de la noix d’arec (encore appelée noix de bétel) qui leur donne un sourire très… cannibal (cela leur colore les dents en rouge sang).

Les principes actifs de cette noix sont comparables à la nicotine pour leurs effets stimulants, coupe-faim et légèrement grisants sur le cerveau.

L’activité principale des vieilles personnes est ainsi de concasser de la noix de bétel dans un petit pot en bois pour la mâcher tout au long de la journée…

Voici quelques photos (sous effet de la noix d’arec ;-)) des villageois de Bena :

Si vous êtes curieux de goûter la noix d’arec (et ses effets…) n’hésitez pas à demander, ils partagent volontiers…;-)

Commentaires

PAS DE COMMENTAIRES

Laisser un commentaire

CommentLuv badge