Partir vivre à l’étranger : le guide ultime de l’expatriation

Partir vivre à l’étranger mais où?

Tu rêves de vivre à l’étranger ? De connaître autre chose? De vivre  une expérience enrichissante d’expatriation?

Tu te poses la question : partir vivre à l’étranger mais où?

Dans la suite de cette page, tu trouveras les liens vers toutes les destinations que j’ai testées ou pour lesquelles j’ai réalisé des interviews. Il y a déjà beaucoup de villes étudiées ! Vas voir plus bas sur cette page.

Nous allons passer en revue les critères à prendre en compte avant de partir vivre ailleurs.

Il y a en effet beaucoup de questions à se poser avant de prendre une décision de départ à l’étranger et de choisir l’endroit.

Cela dépend notamment de ton âge (études, travail ou retraite), de ta situation professionnelle (secteur d’activité, indépendant ou salarié), à ton état civil (marié, avec ou sans enfants).

Mais quelle que soit ta situation ci-dessus, le choix de « où partir vivre à l’étranger » répond surtout à des critères qui se réfèrent à ta personnalité, à tes goûts et objectifs de vie. Et ce sont les plus importants, car ils vont te permettre de t’épanouir dans ta nouvelle vie.

Où partir vivre? Ville ou campagne?

Ahhh la tranquillité d’une petite station balnéaire ou d’une ferme près d’un petit village… Les animaux, les paysages naturels, les plaisirs simples…La vraie vie quoi! 😉

Ahhh le dynamisme d’une ville où tout semble possible professionnellement et humainement. Où l’offre gastronomique captive les papilles, et l’offre culturelle captive l’esprit.

Sur le site Café du Voyage, tu trouveras des descriptions de vie dans des grandes villes (comme Manille ou Jakarta), mais également à la campagne (un extrême étant la vie en yourte dans les steppes mongoles).

Si tu es plutôt citadin, j’ai créé l’indicateur CADRE (Climat, Activités, Développement, Relations humaines, Environnement) pour évaluer le cadre de vie urbain. C’est certes un peu subjectif, mais on peut tomber d’accord sur pas mal de données et de critères non? 😉

guide expatriation

Pour quelles activités?

Es-tu plutôt casanier? Aimes-tu pratiquer un sport en particulier?

Vérifie bien les infrastructures pour savoir si tu pourras pratiquer ton sport préféré. Ou le dynamisme de la vie nocturne si tu aimes sortir.

Pour une activité ou un sport en plein air, le climat de la région a toute son importance.

Et même pour le moral ou simplement se sentir bien, une bonne analyse du mix températures / précipitations est indispensable.

Et fais attention aux surprises : Lima par exemple est une ville sèche, où la température est plutôt agréable, mais il y a une chape de nuages gris plus de 6 mois par an!

Vivre à l’étranger pour être tranquille ou faire des rencontres?

Tes besoins d’interaction sociale sont complètement déterminants.

Si tu es très social, même un paradis naturel ou un paradis financier (comme Zürich) peuvent se transformer à tes yeux en une prison dorée.

Influence de la langue

C’est la base de la communication pour vraiment s’intégrer.

Porte une attention particulière aux langues locales :

  • la langue maternelle des habitants

  • et également la première langue étrangère la plus parlée.

A travers les critères suivants :

  • facilité d’apprentissage,

  • alphabet utilisé !

Par exemple, les Philippines sont socialement bien plus abordables que l’Indonésie car la seconde langue du pays, bien maîtrisée par les Philippins, est l’anglais.

En Amérique du Sud, la langue maternelle est l’espagnol, qui n’est pas trop dure à apprendre pour un francophone et qui ne nous est pas complètement étrangère (cours à l’école, etc). Cependant, c’est leur première langue ! Donc ils parlent vite et ont des expressions propres / un accent parfois difficiles à comprendre… As-tu déjà remarqué combien il est plus facile de parler une langue que tu ne maîtrises pas parfaitement avec une autre personne qui ne la maîtrise pas non plus parfaitement (un « non natif »)..? Pense à cela avec l’espagnol d’Amérique du Sud.

En Afrique, pas mal de pays ont comme deuxième langue, assez bien maîtrisée, le Français. Ça peut être un plus.

A l’opposé, dans un pays comme le Japon, l’anglais n’est pas très bien maîtrisé et le japonais utilise un alphabet spécial et assez compliqué…

A défaut d’une langue locale abordable et / ou de ta motivation à l’apprendre, vérifie alors l’importance et le dynamisme de la communauté d’expatriés.

Influence de la culture

La religion tient notamment une grande place car elle influence énormément la culture et la mentalité d’un pays : en Asie, entre des pays comme la Thaïlande bouddhiste, l’Indonésie musulmane et les Philippines catholiques, l’ambiance est bien différente, en grande partie sous influence de la religion.

La société de ton pays d’accueil est-elle conservatrice? Ouverte et accueillante? Xénophobe? Renseigne-toi bien. Un pays en apparence accueillant et ouvert peut ne pas accepter les étrangers dans certains secteurs de la société… Ne pas confondre hospitalité (agréable mais superficielle) et tolérance (rare mais ô combien agréable sur le long terme).

Parfois, les différences culturelles ne sont pas liées à la langue ni à la religion :

En Amérique du Sud hispanophone par exemple, immense région à la même langue et la même religion, il y a un grand écart entre la festive et dansante Colombie et la culture andine un peu froide de la Bolivie et du Pérou.

La mobilité

Vas-tu bouger beaucoup une fois installé ou rester sur place pour de très longues périodes?

Souhaites-tu rentrer dans ton pays d’origine fréquemment? Vas-tu recevoir de la visite? (famille, amis)

Ce sont des questions importantes pour choisir un lieu, car la commodité des transports (nationaux et internationaux) pour y arriver est vraiment déterminante pour la motivation à bouger.

Il y a aussi le coût des transports, et leur confort, à prendre en compte.

Certaines personnes qui veulent venir te voir ont peut-être des problèmes de santé qui leur rend le trajet moins commode.

Pour tes déplacements personnels, prend en compte également l’isolement du lieu et ses connexions avec l’extérieur.

Psychologiquement, ce n’est pas pareil de vivre dans un centre-ville ou en banlieue par exemple : on est beaucoup moins motivé à sortir, s’il y a un bus ou un métro à prendre (même quelques minutes), que si on peut y aller à pied.

De même, tout « paradis » peut être lassant à la longue et tu auras peut-être envie de régulièrement t’en échapper au bout d’un moment.

Conclusion à la question : Partir vivre à l’étranger mais où?

Voilà, tout quitter et partir, c’est bien, mais il faut penser à pas mal de choses en amont. Et comme tu ne peux pas tout connaître et avoir voyagé partout, la rubrique Vivre à l’étranger de Café du voyage est là pour t’aider à te faire une idée. Tu y trouveras les liens vers toutes les destinations que j’ai testées ou pour lesquelles j’ai réalisé des interviews. Il y a déjà beaucoup de villes étudiées ! Cela t’aidera je l’espère à répondre à la question où partir vivre à l’étranger selon ta personnalité et tes goûts.

Maintenant que ta destination est choisie, voici un petit avertissement sur le blues de l’expatrié et comment y faire face…

partir vivre à l'étranger

Partir vivre à  l’étranger : les regrets, l’isolement et la peur de s’être trompé

En tant qu’expats, nos amis et notre famille nous disent combien nous sommes courageux d’être parti vers de nouveaux horizons. Certains sont parfois jaloux de nos expériences dans des pays étrangers.

La plupart du temps toutes les découvertes, les nouveautés et les surprises de la vie d’expats nous rendent épanouis, mais il arrive d’avoir des moments de nostalgie ou l’on regrette le confort de notre pays d’origine. Ces sensations que nous ressentons parfois sont liées à ce qu’on appelle le mal du pays ou bien à la peur de s’être trompé de route. Comment faire pour lutter contre ces émotions négatives ?

Quand tes amis et certains événements te manque

Tu es dans ton appartement ou au bureau et tu regardes le fil d’actualité Facebook. Il est rempli de photos de tes amis, qui s’amuse, sans toi. Ils viennent de faire un check-in dans ton restaurant préféré. Tu  suis les changements dans leurs vies à distance, ils se sont fiancés ou ont changé de job et tu te sens un peu mis à l’écart. Tu peux télécharger WhatsApp ou Skype pour discuter avec tes amis, mais parfois, avec le décalage horaire, il est difficile de garder le contact.

Que pouvez-vous faire pour lutter contre la sensation que tu es en train de perdre tes amis ? Première chose : Ne panique pas. La plupart de tes amis seront certainement enchantés de te revoir à ton prochain voyage dans ton pays natal et ta relation sera toute pareille qu’avant.

Deuxièmement : ne regarde pas trop les  réseaux sociaux, ta vraie vie est celle que tu vis maintenant dans ton nouvel  environnement, pas la vie virtuelle sur Facebook ou Instagram.

Dis toi bien que les gens en général – surtout dans les dix ans après l’université – s’éloignent pour de nombreuses raisons, même s’ils vivent dans la même rue. Ne t’enferme pas dans l’idée que le fait que tu vives à l’étranger est la seule raison qui amène cet éloignement car cela pourrait t’empêcher de profiter de tes nouvelles expériences et des nouvelles rencontres que tu pourrais faire dans ton pays adoptif.

Ensuite, il y a plein de petites choses que tu peux faire pour rester proche de tes amis, même à distance. Envoyer des cartes postales sans raison est un joli geste qui sera certainement apprécié par tes amis. Te souvenir des événements importants comme par exemple les anniversaires et envoyer des produits locaux par la poste sont également de jolies attentions qui permettent de garder le lien.

Pour les événements comme les mariages par exemple, tu vas certainement en louper certains, ou devoir choisir entre l’un ou l’autre. Ça peut te briser le cœur, mais il ne sera pas toujours possible de prendre des vacances et participer à tous les événements. Si tu ne peux vraiment pas être de la partie, envoie une petite carte, une pensée, ou un cadeau si les finances le permettent. Les vrais amis comprendront ta situation.

Mais encore une fois, il faut que tu te rendes compte que le fait de vivre à des milliers de kilomètres n’est pas l’unique raison de l’absence de certaines personnes lors des grands événements. L’argent et les congés sont limités et certaines personnes manquent des grosses fêtes même en habitant le village d’à côté. Prendre des décisions sensées mais qui ne nous rendent pas spécialement heureux est une chose normale à l’âge adulte, la responsabilité et la maturité a des avantages et des inconvénients.

L’isolement quand on part vivre à l’étranger

Le manque d’amis est une des principales raisons du blues des expats. Quand tu vis à l’étranger, il  y a des chances que tu te sentes seul à certains moments. Vivre dans un pays étranger est totalement diffèrent du fait de voyager ou faire le tour du monde. Les auberges et les voyages offrent des opportunités de rencontres et d’expériences infinies. Quand tu choisis un nouveau pays de résidence, c’est un tout autre challenge, tu dois apprendre la langue, la culture pour t’intégrer.

Tu pourrais trouver de supers communautés d’expats, mais il ne faudrait pas te limiter à cette option, bien qu’elle paraisse plus simple. Il se pourrait que tu te fermes à la rencontre des habitants et de ce fait tu manquerais une grosse partie de l’expérience de vivre dans ce pays qui t’accueille.

Comme par exemple, il y avait une fille qui a habité pendant presque 20 ans à Hong-Kong et n’a jamais appris le Cantonais ou rencontrer des gens locaux car tous ses amis faisaient partie de son école internationale. Au final, elle avait l’impression de n’avoir aucune identité culturelle, pas de nationalité. Apprendre la langue de ton pays d’accueil est souvent nécessaire pour ta vie a l’étranger. Même si tu n’es pas spécialement doué en langues tu devras apprendre un petit quelque chose de nouveau chaque jour.

Si tu ressens une barrière de langages, participe aux événements d’échanges où tu pourrais rencontrer des gens qui parlent également français et avec qui tu pourrais sympathiser. Tu auras aussi l’occasion de rencontrer les partenaires et amis des autres expats et devenir amis avec les amis de tes amis. Être entouré de personnes natives et des amis locaux augmentera tes chances de te familiariser avec la langue et de découvrir la culture de ton nouveau lieu de résidence.

Parfois l’intégration est un long processus et certaines choses chez toi  te manque. Trouver des petites choses qui peuvent guérir ton mal du pays. Il y a peut-être un magasin avec des produits de ton pays natal, des bonbons, des bières ? Fais-toi plaisir avec une petite dégustation bien de chez toi. Regarde un film qui te rappelle ton pays de naissance. Utilise le marché d’internet : tu peux te faire livrer des produits de chez toi et même participer en ligne à l’Euromillions – My million de France comme si tu étais à la maison. Tout cela bien sûr dans le but de se faire plaisir et sans excès puisque le but étant quand même de t’intégrer à ta nouvelle vie et pas de recréer une vie fictive dans ton pays natal.

vie à l'étranger

Voir les autres réussir professionnellement

Si tu déménages dans un nouveau pays pour suivre ta/ton partenaire ou bien juste pour changer de paysage, tu pourrais risquer de devoir faire un boulot moins bien payé ou à un niveau plus bas que tes compétences. Enseigner le français, travailler dans un call center ou dans la vente par téléphone sont des jobs communs pour les étrangers.

N’hésite pas à être ambitieux, commencer par le bas de l’échelle et tout faire pour grimper ou acquérir de nouvelles expériences professionnelles. Certaines multinationales (comme Maersk dans la logistique maritime) offrent des formations complexes pour ta montée en compétence.

La clef de l’épanouissement est de ne pas être jaloux de tes anciens amis de collège, ou des gens autour de toi qui réussissent. Ne vis pas ta vie pour les autres, en fonction de ce que les autres veulent pour toi, ou en te comparant aux autres. Chacun a son propre chemin qui le rend heureux et tu dois te connaître, t’accepter tel que tu es. Peut-être ta motivation première dans la vie n’est pas de faire carrière et c’est très bien comme cela. Ne cherche pas à suivre les personnes qui sont dans le système carriériste si  tu sens que le système n’est pas fait pour toi, ne te rend pas épanoui.

Le monde est plein de possibilité et il n’existe pas un job où l’on apprend rien, donc prends tout ce que tu as à prendre, sois curieux d’apprendre et regarde les bonnes choses que font les autres. Tu  pourrais par exemple écrire pour un magazine en ligne durant ton temps libre ?

La création d’un vlog, un blog ou des podcasts sont aussi une excellente manière de t’exprimer et peuvent compléter ton CV. N’oublie pas une chose, vivre à l’étranger est déjà un atout sur ton CV. Mis à part les compétences linguistiques, tu fais preuve d’indépendance et d’une bonne capacité d’adaptation et cela t’ouvrira certainement des portes dans ta carrière.

La vie présente de (trop) multiples possibilités et choix de vie possibles. Mais il n’y a pas d’échecs dans la vie, uniquement des expériences. Chaque choix que tu fais signifie que tu renonces à une des possibilités. Vivre et travailler à l’étranger est un choix difficile et épanouissant à la fois. Même si cela ne se passe pas comme tu l’imaginais au départ, ce sera de toute façon une excellente expérience qui te permettra de te connaître mieux toi même. Aie confiance en toi, en l’avenir et profite de chaque instant de ta vie à l’étranger.

Et quand tu rentreras chez toi (si tu rentres!) et que quelqu’un vous dira combien vous êtes courageux d’être parti, vous lui répondrez par un sourire car vous savez que ce sont les meilleurs moments de votre vie.

Infographie et derniers conseils avant de partir

Maintenant que la destination est choisie et que tu  es psychologiquement préparé à partir à l’étranger, voici une infographie qui résume ce à quoi  tu dois penser pour t’organiser avant de partir, en particulier si tu es étudiant (mais cette infographie est en grande partie valable également pour toute autre forme d’expatriation)

infographie partir etranger