Je laisse la plume à Charline qui va vous faire découvrir l’Irlande de l’Ouest par petites étapes pittoresques…

Pour visiter l’Irlande, il faut prendre son temps. Vous pouvez vous attarder à Dublin, arpenter Temple Bar et ses pubs, admirer la Cathédrale Saint-Patrick et Trinity Collège, visiter le Connemara en passant par Galway, vous promener sur la Chaussée des Géants, mais si vous voulez sortir des sentiers battus et éviter les nombreux touristes, je vous conseille d’explorer la côte Ouest, en commençant par la péninsule de Dingle, c’est en plein Gaeltacht, c’est à dire la vraie Irlande gaélique.

Péninsule de Dingle

Dingle est un adorable petit port de pêche, bien abrité au fond de la baie, et chose assez inhabituelle, un dauphin y a élu domicile, certains vont carrément se baigner à l’embouchure de la baie pour le rencontrer, pour ma part, je ne m’y suis pas risquée, je me suis contentée de sa statue devant l’Office du Tourisme.

Iles Blasket

Allez jusqu’au bout de la péninsule jusque Slea Head, magnifique falaise où l’on aperçoit les îles Blasket par temps clair. Ces îles furent habitées jusqu’en 1953 et les derniers habitants ont dû s’installer sur le continent car les conditions de vie, les conditions climatiques, le manque de confort devenaient très difficiles.

On peut accéder aux îles par beau temps uniquement, car la passe de Blasket Sound est extrêmement dangereuse.

Connor Pass

De Dingle, prenez la Connor Pass, en haut du col le paysage est époustouflant, les deux versants sont très différents, avec vue sur le Mont Brandon.

La température était de 10° en haut du col, et ne se prêtait pas à entamer la randonnée qui était prévue vers le Mont Brandon . Il faut se méfier en Irlande, vous avez le soleil dans la vallée, mais dès que vous commencez à monter, la température baisse, une petite pluie fine s’installe, et la vue se brouille… n’oubliez pas d’emporter des vêtements chauds, même en été

Ring of Kerry

Ensuite, continuez par le Ring of Kerry, paysage très contrasté… Si vous avez un peu de temps, faites le tour de l’île Valentia, cette île n’est pas fréquentée du tout, mais vaut la peine de s’y arrêter, c’est calme et reposant.

ring of kerry

Vue depuis l’île Valentia

Reprenez la route qui longe la mer jusque Waterville, du haut des falaises, vous aurez une vue magnifique sur les îles Skelligs. Elles sont deux au large de Valentia. La plus petite, “little Skellig”, n’a jamais été habitée et est aujourd’hui interdite aux visiteurs. Elle accueille oiseaux marins, macareux, goelands, et la plus grande colonie de fous de bassans d’Irlande. Sur la plus grande, “skellig Michael” , un monastère a été fondé au 6e siècle. Une petite communauté de moines y a vécu dans le dénuement le plus complet pendant 5 à 6 siècles. Il est devenu ensuite un lieu de pélerinage, et aujourd’hui, l’île est difficilement accessible, seule une zone d’atterrissage pour hélicoptère permet de garantir un accès pour la maintenance du phare datant de 1865, depuis automatisé.

Waterville

watervilleA Waterville, petite pause bière (ça s’impose) et fish and chips (délicieux) à l’hôtel Butler Arms, où le patron a tapissé les murs de l’hôtel et du restaurant d’une collection de photos prises lorsque la famille Chaplin y venait en vacances dans les années 60. Même les serveuses actuelles qui ne l’ont pas connue en parlent toujours. Charlie Chaplin a même sa statue sur le bord de la plage, et son musée au cœur du village.

Mais ne vous hasardez pas sur le Ring of Kerry pour une randonnée trop longue… c’est un peu le cas sur toutes les péninsules, à moins d’avoir un circuit de randonnée imprimé, et une bonne carte, car au bout de quelques kilomètres, tous les panneaux sont en gaélique.

dialecte gaélique

Staigue Stone Fort

staigue stone fortA quelques kilomètres de Sneem, je me suis engagée sur une route très étroite et je suis arrivée à Staigue Stone Fort, site archéologique datant probablement de la période entre 300 et 400 après JC, merveilleusement situé (vue à 360° sur les envahisseurs). On comprend pourquoi il est encore en si bon état : les murs ont 4m d’épaisseur et plus de 5m de haut, la taille du fort totalise pus de 27m de diamètre, et est il est entouré d’un fossé de 8m de large. Les pierres tiennent sans mortier, elles sont installées les unes sur les autres pour former une construction homogène sans risque d’éboulement, c’est très impressionnant, très calme et quelque peu émouvant.

Péninsule de Beara

N’oubliez pas la péninsule de Beara, ma préférée, et la moins fréquentée de la côte Ouest. Arrêtez-vous à Casteltowbere, la ville en elle-même n’a pas grand intérêt, mais prenez le temps de boire une pinte au pub MacCarthy. J’avais emporté avec moi le livre « l’Irlande dans un verre » de Pete MacCarthy qui s’était fixé une règle d’or : « ne manque jamais d’entrer dans un bar qui porte ton nom ». C’est ce qu’il a fait, et il est venu dans ce pub (il faut savoir que MacCarthy est l’un des patronymes les plus usités en Irlande), l’auteur nous décrit dans son livre un pèlerinage assez rocambolesque avec des scènes cocasses au gré de ses rencontres et de ses visites de lieux complétement inaccessibles dans la campagne irlandaise.

Healy Pass

En partant d’Adrigole, prenez la Healy Pass jusqu’à Lauragh, la route est complètement perdue, en lacets, et on ne rencontre aucune voiture, le versant ouest est tout simplement époustouflant, le Glanmore Lake est superbe, encaissé au cœur des montagnes, la petite bruine a un peu gâché la partie, mais la photo est splendide. Cette route a été commencée dans les années de la Grande Famine (1845-1849) pour donner du travail aux chômeurs, mais vu le taux élevé de mortalité, elle a dû être abandonnée, et les travaux n’ont repris qu’en 1928.

healy pass

garinish

Garinish

Je me suis laissée tenter par une petite visite à l’île Garinish où furent créés de superbes jardins à l’italienne avec de nombreuses essences tropicales très variées favorisées par le Gulf Stream. De nombreux phoques se vautrent au soleil sur les petites îlots rocheux tout au long du parcours en bateau. Peut-être un peu chère la balade, mais on peut y rester toute la journée, s’y restaurer, et paresser au milieu des rhododendrons de plus de 4m de haut.

Péninsule de Durrus

La petite péninsule de Durrus n’attire pas beaucoup les touristes, mais poussez jusqu’à Sheep’s Head, et faites la balade fléchée au départ du café le long des falaises recouvertes de moutons (eh!) et vous serez seul au monde.

Mizen Head

Et enfin, la dernière, la péninsule de Mizen Head… De Durrus, il faut emprunter la route côtière qui va à Mizen Head, mais, oh désastre !, tout est bétonné et il faut payer pour passer un petit pont et aller au phare…

Vous êtes obligé de faire demi-tour, alors pourquoi pas flâner le long de la route qui mène à Crookhaven, petit port de pêche très coloré, où il fait bon s’y arrêter et s’attarder.

Fin de l’itinéraire sur la côte Ouest de l’Irlande

Je quitte finalement ce coin magnifique et envoûtant d’Irlande, l’esprit plein de souvenirs rafraichissants (brise, embruns et …bière 😉 ) Il me reste encore de nombreuses randonnées et visites à faire… je continue en effet ma route le long de la côte Sud, à suivre dans un autre récit de voyage.

Commentaires