Vivre en Indonésie… Pourquoi pas..? Il y a énormément d’opportunités économiques dans ce pays de 250 millions d’habitants en pleine croissance, surtout dans la capitale, Jakarta (28 millions d’habitants)…

A quoi cela ressemble-t-il de vivre à Jakarta..?

Voici mon retour d’expérience de vie à Jakarta et un descriptif de la qualité de vie à travers l’indicateur CADRE (Climat, Activités, Développement, Relations humaines, Environnement).

J’y ai vécu et travaillé 2 mois. Ce que j’en retiens en bref : vivre à Jakarta, c’est vivre dans une jungle de voitures et de motos

Vivre à Jakarta : le climat

Température

Les températures à Jakarta, tout au long de l’année, sont supérieures à 30°C dans la journée, et franchement, c’est pénible. Autant de telles températures peuvent être assez agréables et recherchées au bord de la mer, dans une station balnéaire où on peut se balader en short et tongs, autant dans une mégapole polluée comme Jakarta, c’est infernal, surtout si l’on doit s’habiller en chemise…

Ensoleillement

De novembre à avril, la pluie (en quantité!) vient ajouter beaucoup de moiteur à l’ensemble. Les rues, déjà pas très propres, deviennent limite insalubres.

Vivre à Jakarta : les activités

Activités culturelles et sportives, loisirs

Comme dans beaucoup de mégapoles asiatiques en soif de consommation, ce sont les gigantesques centres commerciaux qui drainent le divertissement :

  • cinémas ultra-modernes
  • cafés et restaurants à l’occidental
  • salles de jeux
  • et bien-sûr, magazinage (shopping)

Pas de quoi développer sa culture générale ou son quotient intellectuel…

La vie nocturne est étonnement hétéroclite, décalée (voire carrément loufoque parfois) et fournie, pour un pays musulman. La qualité de la scène musicale (reggae, indé, électro avec des DJs du monde entier) et l’atmosphère hédoniste est surprenante, et plaisante.

Mon café préféré à Jakarta : le Café Batavia, en plein coeur de Kota, le quartier historique. Le bâtiment et son intérieur colonial suranné (piano, fauteuils) nous plonge dans l’atmosphère de la Compagnie des Indes Néerlandaises. On peut y goûter le fameux café civette (10€ la tasse tout de même).

Activités autour de Jakarta pour le week-end

S’extirper de la moiteur jakartanaise est chose relativement aisée, grâce au train (il y a plusieurs gares à l’intérieur même de la ville), et au bateau.

Voici quelques possibilités parmi les plus populaires :

  • Bogor, ville plus relaxante et fraiche (320 jours de pluie par an!), et son jardin botanique (internationalement reconnu, il vaut le détour) à une heure de train,
  • Pulau Seribu (les “milles îles”, en fait 130), destination phare des habitants de Jakarta le week-end, et donc chères… Les plus proches, à 20 min de bateau, sont jonchés de détritus, heureusement d’autres plus éloignées (à 1h) offrent de belles plages, une eau limpide et du calme.
  • J’ai également testé les sources thermales de Ciater, à 3h de route de Jakarta : des piscines sans charme et en plein soleil… avec une eau à 40°C où l’on a pas envie de se baigner quand il fait 35°C dehors, dommage pour une station thermale… (ok, il paraît que l’eau a des propriétés…)

Globalement, c’est vraiment parce que la ville de Jakarta est infernale qu’on a envie d’aller dans ces endroits alentours, qui ne cassent pas des briques.

Développement

Infrastructures

Jakarta souffre d’un manque cruel de transports publics. Du coup, beaucoup d’habitants possèdent une voiture, malgré les taxes. Et c’est aussi un grand signe de réussite sociale (pour se démarquer du traditionnel scooter).

Il y a certes des lignes de bus avec voie réservée qui ont été mises en service il y a quelques années, mais cela n’a pas vraiment diminué le nombre de voitures, et a même rendu les embouteillages pires car cela a enlevé une voie pour la circulation!

En moyenne, il me fallait une heure et demie (!!) pour me rendre en taxi au moindre rendez-vous dans un autre endroit de la ville (je n’ai pas dit à l’autre bout de la ville, juste dans un autre quartier…)

Un moyen de réduire un peu les temps de trajet est de prendre ces motos taxis version Uber, commandables grâce à une application de smartphone.

Coût de la vie à Jakarta

Les choses et activités de la vie courante sont peu chères :

  • cinéma à 3,5€
  • abonnement dans un fitness à 30€ par mois
  • une pinte de bière locale dans un bar : 2€ en moyenne (mais 3,6€ pour une bière importée)
  • 1,5l d’eau en supermarché : 0,4€
  • 12 oeufs : 1,4€
  • un paquet de cigarettes : 1,25€
  • un menu dans un restaurant très correct 16€ (2,5€ pour la nourriture de rue)
  • appartement 2 pièces correct en plein centre dans une des nombreuses tours moches : 500 à 600€.

Mais une course en taxi peut vite revenir à plus de 8€ à cause des embouteillages… Est-ce que cela vaut mieux que 0,3€ pour un ticket de bus bondé…?  Dilemne sans bonne solution…

Par ailleurs, le salaire moyen à Jakarta après impôts est de 520 €/mois.

Pour un achat immobilier, le prix moyen du m2 est à 1950€.

Connexion internet

C’est un problème. Pas tant à cause de la rapidité de la connexion qu’à cause de la censure gouvernementale. L’Indonésie est certes une “démocratie”, mais quand même influencée par la culture musulmane. J’ai éprouvé des difficultés à travailler via internet dans ce pays, car de nombreux sites sont bloqués : Vimeo (plateforme de vidéos utilisée par les blogueurs), mon broker (bloqué par certains fournisseurs d’accès, pas par tous…)

La santé

Si vous séjournez à Jakarta, il vaut mieux avoir une bonne assurance santé qui couvre vos frais dans les cliniques privées. Des renseignements ici pour les étudiants et là pour les expatriés.

Relations humaines

Langue

La langue locale est le bahasa (l’indonésien), qui est une langue facile à apprendre. Elle vient du malais, qui était depuis longtemps la langue d’échange dans l’archipel indonésien (qui compte plusieurs dizaines de langues) avant l’arrivée des Néerlandais.

Le malais et l’indonésien ont des points communs :

  • l’alphabet choisi pour les deux langues après l’indépendance a été l’alphabet romain (comme le nôtre donc)
  • la différence entre les deux langues est d’ordre dialectale, l’intercompréhension ne pose pas de problèmes.

Globalement, la maitrise de l’anglais par la population locale n’est pas très bonne (contrairement aux Philippines voisines), cela m’a bloqué de nombreuses fois dans les relations amicales notamment.

Accueil / lien social

Les habitants de Jakarta sont accueillants et souriants envers les étrangers, on ne sent pas du tout d’animosité. Il est relativement facile de nouer des échanges superficiels avec eux.

La société indonésienne est globalement très conservatrice, très influencée par le “qu’en-dira-t-on”. Mais Jakarta est une exception et est l’un des endroits d’Indonésie les plus libéraux et détendus sur les relations humaines.

Personnellement, je me suis senti davantage à l’aise avec la communauté indonésienne d’origine chinoise. De plus, ils parlent majoritairement l’anglais.

Ce qu’il y a de bien avec Jakarta, c’est que c’est une énorme mégalopole, assez cosmopolite, donc on peut trouver de nombreuses communautés et richesses humaines différentes.

Vivre à Jakarta : l’environnement

Beauté de la ville de Jakarta

place merdekaC’est laid. Du moderne, mais pas du moderne vitré et élancé. Du moderne bétonné et cubique, sans saveur. Et le piéton n’y a pas sa place.

Il n’y a qu’une toute petite partie “historique” (comprendre, avec des bâtiments coloniaux néerlandais), mais on fait le tour en 10 minutes.

Même la grande place publique Merdeka (la plus grande du monde avec 1 km2) n’est pas une réussite avec son monument Monas (voir photo ci-contre) appelé par les Indonésiens “la dernière érection de Sukarno”.

Un endroit insolite est la mosquée Istiqlal (la plus grande d’Asie du Sud-Est) vraiment juste en face de la cathédrale Sainte-Marie de Jakarta. Il est possible de rentrer dans la mosquée et son jardin, agréables pour une promenade et pour s’isoler des tumultes enfumés et bruyants de la ville.

mosquée istiqlal

Se reposer dans la mosquée Istiqlal pour échapper à la fureur de la ville…

Pollution

Justement, la pollution, et la surpopulation automobile, peuvent vite devenir difficiles à supporter, couplés de plus à la chaleur….

Sécurité à Jakarta

Là-dessus, pas de souci particulier. Vivre à Jakarta est plutôt tranquille.

Vivre à Jakarta : note finale sur 100

Comme tu l’auras sans doute deviné à travers les paragraphes précédents, je n’ai pas vraiment apprécié vivre à Jakarta.

La ville est polluée, embouteillée, bruyante, étouffante, et n’offre pas d’agréables promenades. C’est une ambiance dynamique et pleine d’énergie, mais pas vraiment dans le bon sens du terme. A long terme, c’est une ambiance épuisante.

Climat : 2/20

Trop chaud et humide, surtout pour une ville!

Activités : 5/20

Disons qu’on peut ne pas s’ennuyer la nuit…

Développement : 2/20

Horrible, aussi bien pour les transports que pour internet. Et je ne veux pas tester le système de santé…

Relations humaines : 4/20

Pas un souvenir tonitruant, c’est conservateur. Même si c’est superficiellement souriant. Cela va peut-être mieux en apprenant la langue locale qui n’est pas trop difficile, mais je n’avais pas le temps (et l’envie) d’apprendre une langue supplémentaire.

Environnement : 1/20

On peut difficilement faire pire : moche et pas de place pour les piétons.

Note finale sur la vie à Jakarta : 14/100

La note, certes un peu subjective (tant que ça..?), porte sur le fait de vivre à Jakarta. Pas sur l’intérêt de visiter Jakarta ou l’Indonésie (magnifique pays par ailleurs). Ce n’est pas une note touristique mais une note sur la qualité de vie à Jakarta telle que je l’ai ressentie. C’est sûr que j’ai beaucoup préféré cette île paradisiaque en Indonésie par exemple…

Et toi, que penses-tu de cette ville? Quelle image en as-tu? Penses-tu que tu pourrais vivre à Jakarta?

Commentaires