Tu souhaites vivre à Cuba, en expatriation ou pour faire des études?

Voici mon retour d’expérience de vie à La Havane où j’ai passé plus de deux mois et un petit descriptif de la qualité de vie.

Vivre à Cuba d’une manière générale est vraiment très spécial, c’est comme un retour dans le passé communiste, avec un côté tropical mais faussement festif. Il y a beaucoup d’écueils qu’on n’imagine pas forcément a priori.

Mais passons tout de suite dans le vif du sujet de la vie à La Havane, ses hauts et ses bas comme je les ai ressentis.

Présentation de La Havane : capitale de Cuba

Tout d’abord quelques mots sur la ville de La Havane, une capitale pas comme les autres, décrépie mais au charme inégalable (du point de vue touristique).

cuba la havane

Habana Vieja et des quartiers résidentiels comme Vedado sont quand même moins décrépis que cette vue sur Habana Centro…

Cette capitale administrative (le gouvernement et divers ministères y sont basés), économique et culturelle du pays compte 2,4 millions d’habitants (3,7 avec l’agglomération!).

Elle est située au bord de la mer (ce qui lui vaut d’être inondée régulièrement lorsqu’il y a des tempêtes ou typhons), et possède une large promenade / avenue côtière appelée la “Malecon”.

La Havane est la destination de plus en plus d’étudiants, notamment en médecine car la qualité de l’enseignement est bonne. Quelques entreprises (chinoises et européennes) sont également présentes, j’ai rencontré quelques expatriés. C’est donc la destination principale lorsqu’on souhaite vivre à Cuba.

La monnaie à Cuba

Un point sur la monnaie. Il y a deux monnaies en circulation à Cuba : le peso convertible (ou CUC) et le peso cubano.

Le CUC est convertible avec les monnaies étrangères, dont l’euro, le dollar canadien, le franc suisse, etc. Le change avec des dollars US se fait avec une taxe de 10%, n’amenez donc pas de dollar US.

1 CUC = 25 pesos cubanos.

Les prix sont en CUC dans les endroits touristiques, et en pesos cubanos dans les autres. Vous pouvez tout à fait aller dans les magasins pour Cubains et payer en pesos cubanos (ou en CUC et alors on vous rend la monnaie en pesos cubanos).

Climat à La Havane

Le climat à La Havane est tropical.

Il y a deux saisons bien distinctes :

  • la période de novembre à avril est vraiment la meilleure avec peu de pluie et des températures agréables (de 18 la nuit à 27 la journée, avec une moyenne de 22)

  • la période de mai à octobre est étouffante : le thermomètre dépasse les 30 allégrement en journée et l’humidité règne (pas mal de précipitations aussi)

Le problème durant la période la plus chaude est que les climatisations sont souvent absentes ou de mauvaise qualité. De ce fait il faut vraiment aimer la forte chaleur pour apprécier vivre à Cuba.

Activités

Activités gastronomiques, sportives, loisirs

Pratique de sports

Pas évident. A part courir le long de la Malecon (mais tôt le matin pour ne pas respirer les fumées noires).

Pas de possibilité de nager dans la mer, à part à la Marina Hemingway (5 CUC l’entrée) ou aux plages éloignées de 15/20 kms en dehors de la Havane.

Vie nocturne et musique

Petite déception : les jeunes cubains ne dansent plus trop la salsa. La majorité préfère écouter du reggaetton, et donc danser dessus. Vivre à Cuba ne rime donc plus avec salsa 🙁

A éviter : la Casa de la Musica, pourtant recommandé par tous les rabatteurs de la rue qui peuvent se faire une commission : le piège à touristes par excellence. L’entrée est très chère (pour le pays) à 10 CUC, la bouteille de rhum Havana Club se paie 66 CUC !! (elle est à 4 CUC dans un supermarché), le son est pourri (vraiment) et il n’y a que des jineteras (putes), jineteros (gigolos) et des touristes.

Un des meilleurs endroits est encore La Gruta, dans la Calle 23 : beaucoup de concerts et de concours de salsa (impressionnants de voir les locaux danser!!!) et des prix raisonnables.

Un club en plein air, au bord de l’eau, et à côté de la jolie Torreon de la Chorrera : le 1830. Cadre très sympa mais c’est le repère des filles occidentales qui cherche le sexe cubain.

Les meilleurs bars à La Havane

Pour simplement prendre un verre, La Bodeguita del Medio, dans une petite rue du quartier Habana Vieja, vaut le détour car chargé d’histoire et … de cocktails. Espace restreint et bondé!

Sinon, les bars dans les patios des hôtels historiques de Habana Vieja sont très agréables :  tranquillité, bons cocktails et parfois musique live.

A noter également le superbe jardin avec vue sur la mer de l’Hotel Nacional, sur la Malecon, top pour prendre un cocktail au coucher du soleil!

Côté gastronomie :

Horrible. Les bons produits issus de la nature (jus de fruits, légumes, poissons, etc) tendent à être remplacer par des produits manufacturés : sodas, saucisses reconstituées immondes, fritures, etc.

La nourriture cubaine n’est ni bonne gustativement, ni bonne pour la santé. C’est du “jamon y queso” partout, dans les pizzas, dans les sandwichs. Et le jambon n’est pas vraiment goutu…

Sinon, des haricots rouges mélangés avec du riz et accompagnés de viande.

Les seules bonnes surprises que j’ai eues sont des langoustes au très bon rapport qualité/prix (7 euros!) dans les restaurants touristiques et des jus de fruits frais qui se trouvent encore dans des tiendas dans Habana Centro à 3 pesos cubanos (10 centimes d’euros!).

Si vous êtes comme moi un peu soucieux ce que ce que vous mettez dans votre corps, vivre à Cuba ne vous plaira pas (produits chimiques et nourriture industriel).

Les concerts de musique :

C’est le point fort : il y a beaucoup de bons musiciens à Cuba et les gens apprécient la musique. De ce fait il y a pas mal de petits concerts dans les grands bars qui font aussi salles de spectacle (mais c’est plus cher pour les étrangers).

Que faire autour de La Havane pour le week-end

Il y a les plages à une vingtaine de kilomètres à l’Est. Sable fin, pas mal de monde, mais pas trop, de quoi se restaurer et boire. Sympa.

Sinon, Varadero, la fameuse station balnéaire touristique, est à 2h de route.

Vivre à Cuba : le niveau de développement

Les infrastructures sont globalement bonnes, grâce au système dirigiste communiste (et pas trop corrompu), et surtout au soutien de l’Union Soviétique des années 60 à 80. Les deux points forts du pays sont l’éducation et la santé.

La femme cubaine de mon ami suisse m’a confié qu’elle avait davantage confiance en la médecine à Cuba qu’en celle de France ou même de Suisse (elle a vécu dans les 3 pays), pourtant bien plus chères…

Cependant, j’ai eu l’occasion de pénétrer dans un hôpital, et le manque de moyens ne fait pas envie (même si les médecins sont compétents). Je vous conseille donc vivement de prendre une bonne assurance santé si vous souhaitez vivre à Cuba (ou y séjourner même à court terme).

J’ai trouvé les routes également bien entretenues et praticables.

Transport : maquina, bus, et taxi

Attention, car les taxis guettent les “touristes” pour leur faire payer 4 à 5 CUC la course, par exemple pour aller du quartier de Vedado au centre-ville (Habana Vieja).

Ce même trajet peut s’effectuer en “maquina” (les vieilles Chevrolets transportant plusieurs personnes) pour 10 pesos cubanos, soit 10 fois moins. Cependant, ces maquinas ont des trajets bien précis, et se trouvent dans certaines rues (la Linea pour aller de Vedado au centre, et Neptuno pour le trajet retour). Demandez à chaque fois au chauffeur s’il va dans la rue (donnez le nom d’une grande avenue) où vous souhaitez vous rendre.

C’est aussi possible de prendre le bus pour moins de 1 peso cubano !! (4 centimes).

Coût de la vie à La Havane

Le coût de la vie est vraiment très bas à La Havane, pour les Cubains ou les étrangers avertis.

Manger à l’extérieur des plats locaux revient à moins de 2 euros, boissons comprises.

Par contre le logement est étonnamment cher par rapport au niveau de vie du pays : je payais 600€ / mois pour un appartement 2 pièces pas joli du tout, avec une chambre dont la climatisation était hyper bruyante.

Vie pratique à Cuba  : faire ses courses…

Il y a des petits magasins qui vendent quelques fruits et légumes en fonction de la saison (bananes, avocats, tomates, oignons, etc). Et aussi de la viande, mais elle n’est pas conservée dans des frigos.

Attention ! La plupart des fruits (ananas, mangues, papayes) sont bourrés de produits chimiques pour les faire mûrir plus rapidement! Un mélange des plus stupides de l’appât du gain à court terme et de l’ignorance totale du lien entre nutrition et santé.

Les supermarchés sont rares et petits, on y trouve les produits importés que le gouvernement a achetés. Pas beaucoup de variétés, 15 à 20 produits au maximum! C’est style Union Soviétique. Par exemple, il y a des rangées entières de pots de mayonnaise, des cartons de sardines en boite, des bidons d’huile de soja de 5 litres. Mais inutile de chercher du chocolat, de l’huile d’olive, de la farine, etc. Oubliez vos recettes! A noter que le fromage est correct, il a du goût.

Je préférais me faire la cuisine, étant donné la qualité de la nourriture de rue. Mais je mangeais ce qu’il y avait, et ce en quoi je pouvais avoir confiance. Mes plats étaient tous les jours du riz, avec du fromage, des oeufs, des avocats, des tomates. Et du café. Voilà. De temps en temps une mangue directement de l’arbre du jardin à côté, et des bananes.

A noter quelque chose de vraiment remarquable : il n’y a aucune publicité (pancartes, affiches, spots TV) pour des marques à Cuba ! Uniquement de la propagande pour le régime.

Connexion internet

Le pire pays où j’ai séjourné! Et de loin! Pas d’internet chez les particuliers, dans les casas particulares. Il faut aller dans les grands hôtels, mais c’est alors très cher, environ 7 euros par heure!

Récemment des possibilités de Wi-fi dans certaines rues se sont développées (= ont été autorisées) : ça coûte quand même environ 3€/h pour acheter une carte.

Et en plus, c’est lent.

Relations humaines

Langue

Pas facile de comprendre l’espagnol de Cuba. Les gens omettent la dernière syllabe de pas mal de mots, et ne prononcent pas les “s”. “Entonces” devient ainsi “entonce”, etc. C’est un dialecte (une langue de rue) que même certains espagnols ont du mal à comprendre.

Accueil / lien social

Il est très difficile de se faire de véritables amis. Toutes les relations sont intéressées. Ne surtout pas faire confiance aux gens qui abordent dans la rue, ils vont tous finir par demander quelque chose, en racontant un bobard.

Cette mentalité est très fatigante à la longue.

Pour espérer rencontrer des Cubains plus ou moins sincères, il faut être patient et essayer de rencontrer ceux qui ont un métier à haute valeur ajoutée (médecins, etc) et qui ne sont pas en contact avec les touristes.

C’est mieux à la campagne par rapport à la capitale.

Il y a une caractéristique particulière à beaucoup d’habitants de la Havane : ils préfèrent un petit avantage à court terme (quitte à vous prendre en traître) plutôt que des plus grands bénéfices à long terme. Peut-être est-ce dû au fait qu’ils ne peuvent quitter le pays et sont persuadés que toutes les relations humaines qu’ils pourraient avoir avec un étranger sont à court terme…

Vivre à La Havane : Environnement

Beauté de la ville, promenades

Le point fort. Il est agréable de se promener dans la ville :

  • dans le centre historique (Habana Vieja) : rues piétonnes, restaurants en terrasse, bâtiments magnifiques et en partie rénovés
  • dans les quartiers résidentiels : rues calmes et ombragées par de nombreux arbres, maisons coloniales à la limite de la ruine

vivre à la havaneD’une manière générale, la circulation automobile n’est pas dense du tout et l’architecture très jolie. Le fait que les bâtiments soient en mauvais état rajoute un charme unique au monde.

Pollution et circulation

Il n’y a vraiment pas beaucoup de voitures! Et surtout pas beaucoup de voitures neuves. Cela est dû à la politique très restrictive d’importation.

Par exemple, Peugeot est une des rares marques autorisées, et elles se vendent 10 fois leur prix par rapport à l’Europe. Oui, vous avez bien lu, le gouvernement met de telles taxes à l’importation que les Peugeot à 20 000 euros sont vendues plus de 200 000 euros!

La différence va dans la poche du gouvernement.

Jamais d’embouteillages de ce fait. C’est la capitale la plus tranquille où je sois allé au niveau circulation automobile, avec Helsinki et Tokyo (mais pour des raisons différentes).

Par contre, il y a peu de voitures, mais comme elles sont très anciennes (elles datent des années 50!), elles polluent beaucoup!! Du coup, l’on sent très souvent l’odeur désagréable de la fumée noire dans les rues de la Havane…

Au niveau circulation, les Cubains conduisent lentement, tranquillement et respectent le code de la route (cela serait-il dû aux policiers nombreux postés un peu partout..?)

Sécurité au top

La Havane est sûre. Les habitants sont plutôt tranquilles, et de toute façon, il y a la police dans chaque rue. N’oublions pas que c’est une “dictature”…

Les locaux risquent vraiment gros s’ils agressent un étranger.

En tant qu’étranger, on ne risque vraiment rien, sauf des vols à l’astuce (nombreux!).

Vivre à Cuba, dans la capitale : note finale sur 100

partir vivre a cubaJ’ai comme d’habitude respecter les différentes rubriques de mon indicateur CADRE (Climat, Activités, Développement, Relations humaines, Environnement) pour évaluer la qualité de vie.

En résumé, voici les notes de la vie à La Havane point par point :

Climat : 14 / 20

C’est quand même top une moitié de l’année et supportable l’autre moitié (même s’il peut parfois faire un peu trop chaud de mai à octobre, ce qui est bien quand on est touriste mais moins quand on y vit)

Activité : 7 / 20

Certes il y a les concerts de musique, mais à part ça… De plus, l’ambiance dans les bars et boites n’est pas vraiment excellente (beaucoup de prostituées et de gigolos)

Développement : 6 / 20

Trop de choses viennent handicaper la qualité de vie (manque d’internet, peu de transport en commun efficace, des voitures polluantes)

Relations humaines : 2 / 20

Quasiment un cauchemar, le pire endroit où j’ai séjourné, et ce n’est pas dû qu’à la barrière de la langue clairement (je parle pas trop mal espagnol)

Environnement : 13 / 20

La ville est jolie, assez arborée, il y a des zones piétonnes dans Habana Vieja et pas trop de circulation.

Vivre à La Havane, note finale : 42/100

La note porte sur le fait de vivre à La Havane. Pas sur l’intérêt touristique de visiter la ville, qui a par ailleurs beaucoup de charme (vieilles voitures, cocktails, ambiance musicale). Si vous souhaitez d’ailleurs organiser sereinement la visite du pays, voici l’offre voyage Cuba avec Fram.

Mais sur le long terme, cette ville peut être un enfer pour un Occidental (surtout masculin).

Et toi, aimerais-tu vivre à Cuba et pourquoi?

Commentaires