Vivre à San Francisco, cette ville mythique (!) , à quoi cela ressemble-t-il?

Pour répondre à cette question, j’ai interviewé mon ami Jacques. Rien de tel qu’un vrai retour d’expérience d’une vraie personne pour décrire une ville! C’est bien mieux qu’une brochure marketing!

Jacques a passé 9 ans à San Francisco en tant qu’instituteur. Vivre à San Francisco lui a beaucoup plu! Cela m’a confirmé que c’était une ville détonante que j’ai envie de visiter très bientôt! Ahhh si seulement le logement ne coûtait pas si cher là-bas…

Je vous souhaite une bonne lecture et de beaux rêves de vie à San Francisco!

Vivre à San Francisco : le climat

A San Francisco l’été, au sens climatique, c’est de mi-septembre à mi-octobre. Tout le reste de l’année il fait plus ou moins frais-tiède (12-20, on est bien au soleil), avec une saison des pluies fraîche hivernale plus ou moins marquée selon les années, de décembre à fin mars.

En juillet-août, le brouillard (qui peut-être là toute l’année, sauf en saison des pluies…) bat son plein: l’eau de l’océan est toujours froide (12-15), l’air bien plus chaud, d’où la condensation. Et puis en septembre l’eau de surface est plus chaude, ça résout le problème.

En fait il y a plusieurs micro-climats dans la ville, qui est au bout d’une sorte de presqu’île partagée par une série de collines sur un axe nord-nord-est/sud-sud-ouest.

1- Côté ouest (côté océan, Sunset, Richmond) il y a souvent un brouillard haut et il fait beaucoup plus frais ;

2- Côté Baie (Potrero, Mission, Castro) c’est bien plus ensoleillé.

3 – Et sur les collines au milieu (Twin Peaks) c’est souvent la purée de poix.

La ville s’est d’ailleurs d’abord développée autour du port, côté Baie donc, la densité (immeubles, activités) y est toujours beaucoup plus forte, et l’architecture est différente. Et le downtown est là.

A contrario Sunset, le côté océan, c’est beaucoup plus des petites maisons, ça fait banlieue. C’est pas vraiment les mêmes gens d’ailleurs.

Moi j’habitais Mission, côté baie. Sur mon balcon d’immeuble certains matins je bronzais, j’avais en face de moi des potes noyés dans la bruine à Twin Peaks et au-delà d’autres en sweaters dans leur grand jardin de maison à Sunset. C’est pas la même vie. Ni la même ville.

Il ne faut pas aller vivre à San Francisco si on a à tout prix besoin de chaleur ; il n’y a pas de climatisation dans les logements, c’est tout dire. Par contre à 20 km au Sud, ou à l’est, ou même au Nord, ça chauffe… East Bay tout l’été (juin-septembre) il fait 30 ou plus en journée.

Le climat est sympa finalement, jamais vraiment froid ni chaud, peu de pluie pendant 9 / 10 mois sur 12. Et si on veut sentir un peu plus les saisons pas besoin de vivre ou d’aller bien loin. Pas grand monde ne s’y retrouve pas.

Au début à SF ce sont peut-être les variations de températures dans la journée (liées a l’ensoleillement, à l’arrivée du vent qui accompagne le brouillard) qui peuvent être déplaisantes : on met ou enlève souvent une ou des couches de fringues. Puis on s’y fait ; moi j’étais souvent en t-shirt, un sweater sur l’épaule.

Activités : que faire à San Francisco?

Activités culturelles

Côté culture, San Francisco est un monde à part : il y a de tout, et il y en a pour tous. Ca grouille :

– des bars de jazz aux festivals,

– de l’opéra au théâtre,

– des boîtes en grand nombre et de tous types,

– des artistes et des galeries partout,

– quelques musées qui tiennent la route (de Young, SFMOMA, Asian Art, Jewish Museum, Legion of Honor,..).

Tout ça est même exceptionnel pour l’Ouest états-unien. Et c’est unique. Bon, c’est pas New-York ou Paris, mais ça reste impressionnant, surtout pour une ville de 800 000 habitants. Moi j’ai traîné mes guêtres un peu partout.

San Francisco, pour les gens de la région, c’est “The City”, alors qu’elle ne regroupe qu’un dixième des habitants de la Bay Area, et que deux autres communes (San Jose et Oakland) sont plus peuplées…

San Francisco est le centre, intellectuel, culturel, festif de la région. Il ne se passe pas rien ailleurs, mais l’essentiel c’est quand même SF. Ça s’en ressent au niveau du prix du mètre carré. C’est une ville d’idées, d’invention, d’imagination. Pas mal de gens différents y vivent. Culturellement c’est une ville passionnante, aucun doute, ce n’est pas nouveau et ça va continuer.

La Silicon Valley juste à côté avec Stanford et Palo Alto, c’est pas un hasard. Cette région c’est, entre autres, un concentré d’intelligence, un carrefour de gens et de cultures, énormément de curiosité, d’inventivité, et de tolérance (“Celebrate Diversity”, c’est là). Et SF en est un peu la quintessence. Une recette de progrès et de richesse, pour résumer.

Activités sportives

Au niveau sport, il y a un peu de tout, pour les fanas de vélo ou de kite-surf ou de surf tout court, de course à pied (ne pas rater l’énorme Bay to Breakers en mai, un peu course sérieuse, et un carnaval en même temps : ici, on “déconne” volontiers).

Le week-end, en 3h (sans bouchons) on est à Tahoe et on y skie.

Mer d’un côté, montagne de l’autre… et tout ce qu’une ville californienne peut offrir, du yoga (partout) aux salles de musculation et aux clubs et associations sportives de tout poil. Bref, si on est couch-potato ce n’est pas faute de choix à portée de main.

Sinon quand on veut un week-end au calme à 1 ou 2h de la ville, il y a Russian River et les sequoias au Nord, Carmel et Point Reyes au Sud…

vie a san francisco

Développement

Vivre à San Francisco : les infrastructures

Transports en commun à San Francisco

San Francisco est une des rares villes Nord-Américaines où, dans certains quartiers (Mission, Hayes,..), on peut tout faire à pied : ses courses, aller au restaurant, etc. Et c’est une des rares à avoir un réseau de transport en commun acceptable, des bus (moches, mais pratiques) aux lignes de trams-metros, en passant par les deux lignes de cable-car et le BART, le RER local. Tout ça fonctionne.

C’est aussi la ville où UBER a été inventé, et les taxis y étaient déjà plus fiables et aimables et moins coûteux qu’à Paris.

Et depuis quelques années, après adoption par référendum local d’un énorme emprunt financier les rues autrefois mal goudronnée sont massivement refaites, et un réseau de pistes cyclables voit le jour, dans une ville plutôt jeune et passionnément écolo (bon, avec toutes ces collines, c’est éventuellement un peu sportif).

Se déplacer à San Francisco n’est donc pas dans l’ensemble une galère ….sauf sur le Bay Bridge (qui a été à moitié refait) à l’est vers Oakland et sur le Golden Gate bridge au Nord aux moments de rush du matin, du soir et des week-ends. Comme souvent, les habitants du centre sont favorisés sur ceux de la périphérie.

Quant aux San Franciscains qui bossent à Google ou Apple, ils peuvent aussi utiliser les très confortables et réguliers cars de leur compagnie qui les emmènent et les ramènent de la Silicon Valley un peu toute la journée. Et même commencer à bosser dans ledit car, bien sûr.

Avoir une voiture à SF est plutôt confortable, si l’on excepte les problèmes de parkings ici et là (North Beach), ou son coût (Downtown) et, partout, la réglementation du parking de rue (durées, heures de nettoyage, roues tournées dans un sens ou dans l’autre, etc..), source de revenus pour la ville : prévoir un budget PV, voire fourrière (excentrique, celui-là) n’est pas forcément idiot.

Les autoroutes (la 280, magnifique, la 101, souvent bondée, la 80) sont pratiques pour s’échapper au Sud et à l’Est. La branche Nord de l’autoroute 101, endommagée par le dernier tremblement de terre, a été finalement détruite, après référendum. On retrouve la 101 au Nord, après le Golden Gate Bridge.

Coût de la vie à SF

Coût du logement : principal obstacle pour vivre à San Francisco

Le coût de la vie à San Francisco est élevé sur un point essentiel : le logement. Et ce n’est pas un détail, surtout vu les tarifs pratiqués! La hausse s’était un peu tassée vers 2002-2006, et puis c’est très sérieusement reparti à la hausse, et ça va s’accentuant.

Une partie des habitants sont protégés : ceux qui habitent depuis longtemps dans des logements qui datent d’avant le milieu des années 70, aux loyers très encadrés par la ville. Gare à qui quitte un de ces logements…

Pour les autres, c’est souvent devenu très cher, même en rapport avec le salaire moyen local (si tant est que la notion de “salaire moyen” ait vraiment un sens ici, vu l’immense disparité des revenus).

La colocation, vieille tradition, est une pratique massive chez les locataires, et aussi chez de nombreux propriétaires à qui elle permet d’assumer la charge du crédit pris souvent sur 30 ans comme ailleurs dans le pays.

Evidemment, le prix au mètre carré, à l’achat comme à la location, est très variable d’un quartier central à un coin excentré par exemple, mais côté location, un petit studio à 1500-2000$ le mois est chose courante, comme un 2 pièces à 3000$. Mieux vaut un 4 bedroom à partager à 4 (ou plus) à 3500$. Et tout ça monte vite.

Coût de la nourriture

Pour le reste, ça ne me paraît pas être une ville particulièrement chère. On peut y manger dehors à tous les prix : le quartier Mission, devenu de plus en plus trendy en est un bon exemple : on y mange très bien, à tous les prix, et des restaurants de toutes sortes s’y cotoient. Et il y a foule partout. Manger dehors est plus naturel à San Francisco qu’à Paris…

Vivre à San Francisco : coût des loisirs

Côté sorties culturelles, San Francisco est une ville très ouverte sur les cultures du monde, c’est une ville très métissée, et une ville d’immigrants (d’ailleurs aux US dans leur ensemble comme dans d’autres pays occidentaux), mais ça reste une grande ville de province, pas une métropole. Il y a un peu de tout. Et beaucoup d’inventivité.

Le coût pour sortir est plutôt plus cher qu’en France, mais vouloir comparer terme à terme n’est pas toujours judicieux : autre pays, autre ville, autres centres d’intérêt.

Et puis généraliser induit en erreur. Les films au ciné par exemple, ce n’est pas pareil à San Francisco qu’à Paris : c’est bien plus varié à Paris, c’est plus “grand spectacle” et box office à SF, et les tarifs y sont plus élevés.

Mais il y a aussi des cinés de quartier et d’art et essai (Lumière, Roxie, …) avec une programmation différente et des cartes d’abonnement.

Tout dépend de ce que l’on recherche… Il y en a un peu pour tout le monde, à mon avis.

Quelques chiffres sur les dépenses loisirs :

– cinéma : 12 $

– un restaurant correct : 80$ (menu de 3 plats)

– abonnement fitness : 65$

– un paquet de cigarettes : 6,70$

– un ticket de bus : 2,25$

Le salaire moyen est de 4700$/mois (mais tiré vers le haut à cause de la Silicon Valley)

Qualité de la connexion internet

En ce qui concerne l’accès internet, on est à côté de la Silicon Valley, donc la qualité est vraiment très bonne. Côté coût, c’est un peu plus cher qu’en France, mais ce n’est pas particulièrement cher dans l’absolu : la France sur ce point est juste très bon marché grâce à la concurrence de Free.

Relations humaines

Langue : flexibilité sur l’anglais

On parle beaucoup de langues à San Francisco. Il est difficile d’aller à une soirée sans entendre plusieurs langues. L’anglais est la langue dominante bien-sûr, et de très loin.

Mais les gens sont assez tolérants avec une personne parlant un anglais assez piètre et avec un accent bizarre : c’est une ville d’immigrants, et une ville d’immigrants ne parle pas un anglais parfait. Soyez à l’aise avec votre niveau d’anglais quel qu’il soit!

Se faire des amis à San Francisco

Les gens sont très sympas à SF, on est très agréablement surpris quand on arrive. Beaucoup de choses sont là pour arrondir les angles. On est bien reçu un peu partout, c’est vraiment plaisant.

Cela ne veut pas dire pour autant qu’on se fait des tonnes d’amis immédiatement. Je dirais qu’une des choses vraiment marquantes à San Francisco est qu’on cherche le plaisir là où il se trouve et qu’on ne fait pas de complications. On ne va pas chercher les ennuis, on ne va pas chercher la confrontation, c’est une caractéristique assez dominante.

En contrepartie, cela fait que les gens ne sont pas forcément très fiables, on appelle cela “faky” dans le langage local. Cela définit un peu le californien et particulièrement le San Franciscain. On se met d’accord : “on va faire ça” et puis personne ne vient au rendez-vous : “oh j’ai oublié” ou “oh j’avais autre chose à faire”…

C’est quelque chose d’assez courant à SF. Mais ça ne gâche pas la vie. Il faut simplement être conscient que les codes ne sont pas les mêmes.

Mais dans l’ensemble, vivre à San Francisco quand même hyper sympa sur le plan humain, en résumé.

Vivre à San Francisco : l’environnement

Beauté de la ville / promenade

ville san franciscoPas de doute, c’est une belle ville. On a tous en tête ces images de San Francisco avec les maisons victoriennes, qui sont encore là dans une bonne partie de la ville, surtout côté baie, et la partie qui n’a pas brûlé suite au tremblement de terre de 1906.

A dowtown, c’est ambiance centre d’affaires, avec des grands immeubles en verre et en acier. Mais pas mal de choses à faire (des magasins, etc) et des balades à pied agréables.

Toute la partie au bord de la mer est plus tranquille avec des petites maisons et leurs jardins. Un autre style de vie, sympa aussi.

Globalement, la ville est très variée, des ponts magnifiques, des plages, des collines et accueillante pour les piétons dans tous les quartiers.

Il y a des parcs un peu partout. Mes deux préférés étaient :

Dolores Park (à l’articulation du quartier Mission et du quartier gay du Castro) qui a été refait récemment et offre une très belle vue sur downtown.

– Golden Gate Park, gigantesque, 5 kms de long et plus grand que le Central Park de New-York, avec des musées, l’académie des sciences, etc

Pollution

San Francisco est coincé entre l’océan et la baie, avec des collines au milieu et beaucoup de vent. Il n’y a donc pas beaucoup de pollution. Pas les mêmes problèmes que dans la plupart des grandes villes du monde.

Vivre à San Francisco : sécurité et sentiment de sécurité

vivre a san francisco

Il n’y a pas de problème particulier niveau sécurité. Cela ne veut pas dire qu’il ne se passe rien, un règlement de compte entre gangs ici ou là de temps en temps ou un dingue qui sort son fusil.

Pour les filles, pas de difficulté à se promener quelque soit l’endroit de la ville ou même l’heure.

Je me souviens même avoir fait un retrait à un distributeur à 3h du matin dans un coin où il y a pas mal de sans-abris et de drogués, sans même imaginer qu’il pourrait y avoir un problème.

Vivre à San Francisco : la note finale!

La ville allie vraiment beaucoup d’avantages..! Notamment au niveau humain (l’un des facteurs les plus importants), San Francisco a une ambiance tout à fait particulière et plaisante.

Voici donc les notes rubrique par rubrique pour la vie à San Francisco :

Climat : 17/20

Ce ne sont pas les grandes chaleurs, mais c’est plaisant et jamais désagréable.

Activités : 19/20

Cosmopolitisme, vie culturelle intense, facilité pour faire du sport, difficile de faire mieux!

Développement : 16/20

Très bonnes infrastructures (de l’internet aux transports), le seul bémol est la cherté (mais on n’a pas rien sans rien!)

Relations humaines : 18/20

Parmi les meilleures villes des Etats-Unis (et même du monde?) sur ce point.

Environnement : 19/20

Mer, montagnes, jolie ville, pas trop polluée… que demander de plus?

Conclusion, vivre à San Francisco est un vrai bonheur, note finale : 89/100

Pour information, l’entrevue s’est déroulé en suivant les catégories de l’indicateur CADRE (Climat, Activités, Développement, Relations humaines, Environnement) de recherche de la ville idéale.

Et vous, avez-vous envie de vivre à San Francisco? Cela donne envie n’est-ce-pas? 😉

Commentaires