Tu as l’opportunité de vivre à Manille? Pour un stage, des études, ou une expatriation? Et tu te demandes à quoi ressemble la vie là-bas?

Voici ci-dessous un bon aperçu, j’y parle de ma vie à Manille, des points forts et des points faibles.

Globalement, vivre à Manille est un bonheur insoupçonné pour celui qui se fait une idée uniquement à travers les medias occidentaux.

Présentation rapide de Manille

Lorsque l’on parle de Manille depuis l’étranger, l’on parle en fait souvent de Metro Manila, qui est la métropole englobant plusieurs villes, dont la ville de Manille en elle-même. Cette métropole est la 12e plus peuplée au monde avec plus de 19 millions d’habitants.

Les villes qui sont recommandables pour des expatriés sont Makati, Taguig (le quartier de Fort Bonifacio), Mandaluyong (Ortigas), et dans une moindre mesure Quezon City.

Vivre à Manille : le climat

vivre a manille

Vue sur le quartier Fort Bonifacio depuis mon appart au 41e étage

Température

C’est chaud et humide, avec une température qui oscille aux alentours de 30 degrés toute l’année.

Les mois d'”été” sont avril et mai, clairement les moins agréables car trop étouffants.

Décembre, janvier et février sont très supportables car le mercure grimpe rarement au-dessus de 30 degrés.

Pluviométrie

La saison sèche (4 mois de janvier à avril inclus) est très marquée, il pleut très peu, moins d’un jour par mois.

Puis c’est la déferlante de la saison des pluies, avec un point culminant de 5 mois (juin, juillet, août, septembre, octobre) avec 300 mm de pluie par mois et la moitié des jours qui sont pluvieux.

Activités : que faire à Manille?

Activités gastronomiques

Les Philippins sortent extrêmement souvent pour manger (plusieurs fois par semaine). Les concepts de restaurants se développent donc à une vitesse incroyable, c’est le business à faire à Manille, quasiment une réussite garantie étant donné la demande.

De ce fait, on trouve absolument de tout, restaurants japonais, coréens, chinois, philippins, méditerranéens, italiens, français, etc, à tous les prix.

La qualité est bonne et les prix sont modestes. Exemple : un magnifique buffet à volonté de sushis et autres nombreux plats japonais et coréens ne vous coûtera que 16€.

Je souhaite tout de même faire un point sur la nourriture typiquement philippine : ce n’est pas le point fort de la culture du pays. Globalement, les plats locaux philippins sont gras, trop salés, manquent de légumes et de verdure, et les desserts sont extrêmement sucrés. Ni sain, ni très bon. Ce n’est qu’à Manille (et Boracay, une île très touristique), que la gastronomie est une fête car on trouve de tout et notamment tu l’auras compris des cuisines étrangères.

Dans les autres villes de taille intermédiaire du pays, c’est souvent limité aux plats philippins et aux fast-foods américains.

Il est important de noter que les  Philippins mangent du riz 3 fois par jour, les Macdo là-bas sont les seuls au monde qui proposent du riz en plus des frites.

Citons quelques spécialités pas mauvaises :

  • poulet adobo : un poulet en sauce (sauce soja, vinaigre, oignons, ail, etc) avec du riz
  • boeuf caldereta : boeuf en sauce avec petit pois, carottes, poivrons, et … du riz!
  • kinilaw : poisson (thon, ou n’importe quelle poisson blanc) ou crustacés crus marinés dans du vinaigre, du citron, et des oignons, accompagné (devinez)… de riz!

Vivre à  Manille : Activités sportives

Les Philippins pratiquent énormément le basket ball et le badminton, pas de souci pour trouver des terrains ou des partenaires pour jouer à ces sports. Les centres d’entrainement de boxe sont également répandus.

Pour les autres sports, c’est plus compliqué, car la ville n’offre pas beaucoup d’infrastructures publiques.

A noter qu’à Manille vous pourrez profiter du style de vie typique asiatique qu’on ne connaît pas trop en Europe : piscine et salle de fitness bien équipée dans chaque résidence. Gratuits. Un gros point fort. C’est un vrai plaisir d’avoir un fitness et une piscine en bas de chez soi ouverts à tout moment de la journée.

Activités culturelles

La population dans son ensemble ayant un bon niveau d’anglais (ancienne colonie américaine), les activités culturelles sont majoritairement dans cette langue, ce qui présente un avantage énorme pour l’expatrié qui peut prendre part à la vie culturelle du pays sans un apprentissage fastidieux de la langue locale.

Il y a des salles de shows comiques, des salles de concert accueillant les stars internationales, des cinémas modernes dernier cri (4D, iMax, etc), des casinos, des “escape rooms” à faire entre amis, des murs d’escalade, des salles de trampoline.

Activités pour le week-end

A quelques heures en voiture de Manille :

  • au Nord, La Union pour du surf,

  • la baie de Subic pour de la plage et du repos ou de la plongée en épaves,

  • quelques volcans (comme le mont Pinatubo) pour de la randonnée,

  • au Sud, Anilao ou Puerto Galera pour la plage et la plongée,

Il y a énormément de choses à faire, et cela continue à se développer : parapente, parcs d’attraction, etc

Possible également de prendre un vol interne low-cost pour rejoindre en 1h de vol d’autres contrées du pays.

Développement : en voie d’amélioration

Infrastructures de transport

C’est le gros point faible de la ville : beaucoup de circulation, car peu d’infrastructures de transport en commun :

  • 3 lignes de métro obsolètes et exigues (ne pensez même pas à les prendre aux heures de pointe),

  • des jeepneys (anciennes jeeps américaines reconverties en transport de groupe) polluantes et lentes,

  • des bus bondés sur les grandes artères,

  • des tricycles peu confortables pour les petits déplacements.

transport a manille

Les fameuses jeepneys lourdes et polluantes

De ce fait, les taxis et les chauffeurs privés de Uber et Grab (le concurrent local de Uber) sont les moyens de transport privilégiés. Heureusement, ils sont très peu chers (compter 2 à 3 euros par course)

Infrastructures de santé

C’est tout à fait correct étant donné qu’il y a des hôpitaux américains et des centres privés. Indispensable d’avoir une bonne couverture santé, mais au moins, on est bien soigné.

Vivre à Manille : le coût de la vie

Tout ce qui comporte de la main d’oeuvre locale est très peu cher :

  • une coupe chez le coiffeur à 2 / 3 euros,

  • un massage d’une heure à 6 euros,

  • 3 heures de ménage à 8 euros,

Tout ce qui est importé est au moins 20% plus cher qu’ailleurs en Asie ou qu’en Europe : l’électronique grand public, les vêtements de marque, les meubles. Cela peut même aller jusqu’à 50% plus cher.

Pour le reste, voici quelques exemples :

– cinéma : 5€

– un bière locale : moins d’1€

– un paquet de cigarettes de marque internationale : 1,20€

  • un plat simple dans un restaurant : 4€

  • une douzaine d’oeufs : 1,5€

  • un menu MacDo : 3€

La location d’un appartement 2 pièces (1 chambre) de 50 m2 dans un quartier réputé vous coûtera environ 700€/mois minimum.

Globalement, si tu n’as pas à aménager ton appartement et ne veux pas reproduire le style de vie occidental (avec des produits importés), la vie est bon marché (services, nourriture, activités). Mais c’est plus cher qu’ailleurs aux Philippines.

Le logement

Un style de vie à l’asiatique vous attend : de grands immeubles modernes ayant chacun leur salle de fitness, leur piscine, voire plus : les plus luxueux ont cinéma privé, sauna, billards, etc.

Connexion internet

Pas bon. La connexion à domicile coûte cher (je paie 60€ par mois pour du 50Mbps, seulement l’internet, pas de TV ni téléphone). Ailleurs, dans les resorts, bars ou restaurants, la connexion WiFi est possible mais souvent pas de bonne qualité.

Relations humaines aux Philippines

Langue : la facilité derrière la diversité

Il y a environ 90 langues locales différentes aux Philippines. Mais les choses sont tout de même extrêmement simples pour un expatrié.

Même si le pays a été une colonie espagnol pendant 3 siècles (17e, 18 et 19e siècles), l’espagnol a quasiment disparu au profit de l’anglais (les Américains ont récupéré cette colonie à la suite d’une guerre gagnée contre les Espagnols en 1898 puis ont donné des cours intensifs d’anglais pendant les 50 années de leur présence)

La langue officielle locale est le Tagalog, elle est la langue d’enseignement partout dans le pays, mais est parlé en tant que langue maternelle par seulement 26% de la population. La première langue locale est le Cébouano (région des Visayas, Cebu, Davao, etc) avec 29% de locuteurs natifs. Le reste se répartis entre les autres dialectes locaux.

En gros, pour faire simple, les habitants de la région de Manille sont généralement bilingues (tagalog et anglais), et les gens de la région des îles du Sud sont généralement trilingues (cébouano, tagalog et anglais), voire plus.

Pour le cas qui nous préoccupe, vivre à Manille, cette maîtrise de l’anglais dès le plus jeune âge par la population est très avantageuse si vous maîtrisez la langue de Shakespeare. Elle permet d’avoir de vraies conversations non superficielles avec les locaux. Ce qui n’est pas le cas de la plupart des autres pays d’Asie sans devoir apprendre une langue locale.

Le meilleur pays au monde pour se faire des amis

Sur ce plan, on est carrément dans un autre monde, une autre planète.

relations humaines philippinesJe me suis fait plus de contacts / connaissances avec qui je pouvais faire des activités diverses (pas seulement manger et boire, mais également faire des excursions pour les week-ends, etc) en 2 semaines à Manille qu’en 2 ans en Suisse. Je n’exagère pas.

Le degré d’amabilité des Philippins est tout simplement bluffant. Ils sont curieux et ouverts envers les étrangers, et, contrairement à pas mal d’autres pays d’Asie, l’argent n’est pas leur principal motivation. Ils sont sincèrement fiers et heureux de devenir tes amis.

Dans la vie de tous les jours, sur le plan de l’efficacité par contre, c’est une autre histoire… S’ils étaient focalisés sur l’efficacité ils ne seraient certainement pas aussi joyeux, farceurs et aimables… Ils seraient comme les Allemands 😉

Ainsi, dans les magasins, la patience dont il faut faire preuve pour avoir une réponse à une question ou avoir une tâche accomplie peut parfois être démesurée. La communication est souvent difficile (même s’il n’y a pas trop de barrière de la langue). Si vous donnez plusieurs informations dans une série phrases, environ 10 à 15% va être pris en compte. Ne pas hésiter à répéter encore et encore. J’ai des dizaines et des dizaines d’histoires (plus ou moins marrantes) à ce sujet, mais en voici une courte et révélatrice.

Au Starbucks :

La serveuse : Hello Sir, que puis-je faire pour vous? (grand sourire, très aimable)

Moi : s’il vous plaît, je voudrais un café mocca petite taille, un cookie et un muffin.

La serveuse : Ok Sir, et est-ce que vous prendrez une boisson?

Moi : hum…euh oui, un petit café mocca!

La serveuse : Ok Sir, un café mocca. Quelle taille?

Les Philippins valorisent énormément le travail manuel et sont très doués pour toute sorte de travaux. Cela ne vaut pas la peine de faire les choses soi-même aux Philippines, les menus travaux sont peu chers et assez bien faits.

Environnement : plutôt l’enfer

Beauté de la ville et promenades : pas convaincant

Tout d’abord, une remarque importante : il n’y a pas de parcs ou d’espaces verts publics à Manille. Les seuls espaces qui apparaissent en vert sur la carte (GoogleMap) sont des cimetières ou des golfs (inaccessibles aux promeneurs).

La qualité de vie et la beauté des bâtiments dépendent vraiment des quartiers :

  • Intramuros, le seul vestige de la présence espagnol, est un quartier agréable fait de rues pavées et d’anciens bâtiments coloniaux. Il n’est cependant pas du tout exploité pour la vie nocturne et le divertissement, et ne vaut le détour que pour une journée de visite (de jour, car la nuit le niveau de sécurité n’est pas bon).

  • BGC (Bonifacio Global City) est un quartier moderne qui n’a rien à envier à Singapour, avec des rues piétonnes, des magasins et restaurants de luxe, des avenues propres et des immeubles modernes assez jolis. Le plus cher et le plus huppé.

  • Makati, dans sa partie Central Business District, est également très développé (immeubles modernes de bureaux et d’habitation) avec une foultitude de restaurants et de bars.

La pollution à Manille : une bonne surprise

La situation est paradoxale : les grandes artères sont certes polluées et embouteillées, mais la majeure partie de la ville est constituée de zones résidentielles à faible densité, où il y a beaucoup d’arbres. Entre les 3 principales quartiers d’immeubles modernes (Makati, Fort Bonifacio, Ortigas) de grandes zones entières sont des sortes de “villages fermés” pour riches philippins, où la circulation est inexistante (réservée aux riverains)et les jardins privés nombreux. De ce fait, la ville dans son ensemble n’est pas très polluée malgré les problèmes de circulation sur les grands axes.

Cette étalement et “verdure” relative de la ville est tout à fait perceptible la nuit, où la majeure partie de la ville apparaît sombre depuis le ciel.

Bref, Manille est bien moins polluée que Jakarta, certains villes de Chine, et même que Mexico City.

Vivre à Manille : la sécurité ou l’insécurité?

Si vous restez dans les zones BGC / Makati / Ortigas, aucun problème. Et même dans les quartiers immédiatement adjacents.

D’une manière générale la sécurité aux Philippines est très bonne, surtout en Province. Les gens sont extrêmement sympathiques. Il y a juste certains endroits à éviter : les bidonvilles autour de Manille, car il y a certains problèmes de consommation de drogue (crystal meth). Mais bon, normalement, vous n’y mettrez jamais les pieds.

Sur le plan de la sécurité personnelle (comme sur le sujet des catastrophes naturelles), l’image du pays donnée par les medias occidentaux est très très biaisée et exagérée. Personnellement je me sens beaucoup plus en sécurité à Manille qu’à Paris (sur les 2 plans : agressions personnelles et risque d’attentats).

securite a manille

Vivre à Manille : la note

Climat : 12/20

C’est chaud toute l’année (30 degrés plus ou moins 3/4 degrés), trop chaud seulement 2 mois par an. Un peu humide certes…

Activités : 15/20

La vie nocturne est trépidante. La gastronomie extrêmement variée. Les plages et activités nautiques accessibles pour un week-end.

Développement : 8/20

Le point faible, surtout concernant les infrastructures de transport en commun et la circulation. D’un autre côté, le coût de la vie est bas.

Relations humaines : 18/20

On peut difficilement faire mieux (pas trop de barrière de la langue avec l’anglais et des locaux extrêmement sympathiques)

Environnement : 8/20

La ville n’est pas belle, il n’y a pas de place pour le piéton. Cependant la sécurité est bonne et la pollution correcte pour une mégapole d’Asie émergente.

Note finale sur la vie à Manille : 61/100

Vivre à Manille est une expérience humaine captivante : les invitations fusent et il y a toujours quelque événement social où aller.

Il faut pouvoir supporter par ailleurs une qualité de vie pas excellente dès que l’on sort de chez soi : des rues assez sales, pas de place pour le piéton, des embouteillages. Par contre, à la maison, un luxe (piscine et fitness en bas de chez vous) inaccessible en Europe est abordable.

Commentaires